Connexion
Clinique Vétérinaire
du Centre

165, rue Pierre Brossolette
93160 Noisy le Grand

Tél : 01 43 04 68 85

CRESAM




 

 

Conservation et Reproduction des Espèces Sauvages Africaines Menacées

www.cresam.fr


Président Fondateur : DrJean-Yves ROUTIER

  

 

1. Historique


Jean-Yves Routier, docteur vétérinaire, et Michel Laforêt, propriétaire de la réserve de Mopaya et d’un lodge en Afrique du Sud, ont réfléchi à la manière de s’impliquer dans la préservation des Carnivores en danger, avec de vrais résultats.

Les causes de disparition d'une espèce proviennent de deux facteurs : 


Les facteurs environnementaux  les plus souvent cités sont la destruction ou la restriction de l'habitat (agriculture, déforestation, extractions minières etc..), la chasse ou le braconnage, la pollution des milieux et, paradoxalement, l’introduction par l’homme d’espèces exotiques, micro-organismes compris. 


Les facteurs biologiques (fertilité…) déterminent les caractéristiques de l'espèce et son adaptabilité à des facteurs environnementaux défavorables.  


La plupart des études et des projets de protection des espèces en danger sont ciblés sur la préservation ou la réhabilitation de l’habitat, et ont permis, dans beaucoup de cas, d'améliorer le statut de certaines d’entre elles. 

Le CRESAM s'oriente vers une approche complémentaire, souvent citée dans les programmes de conservation de la faune, mais hélas peu développée, qui consiste à améliorer in situ, c'est-à-dire en Afrique même, la reproduction des espèces menacées. 

Il serait en effet dommage de ne pas envisager comment une aide à la reproduction pourrait contribuer à la sauvegarde de certaines espèces en accélérant leur évolution démographique et en favorisant leur diversité génétique.

Favoriser la reproduction du guépard, qui est complexe, est le premier but du CRESAM. 
Jean-Yves Routier et Michel Laforêt ont donc choisi d’associer, au travail sur l’environnement, des projets originaux axés sur la reproduction des espèces menacées.
Ainsi est né en 2002, le CRESAM (Conservation et Reproduction des Espèces Sauvages Animales Menacées), d’abord une No Profit Compagny, en Afrique du Sud, puis une association reconnue en France.

 

 2. Les objectifs du CRESAM

 

Le CRESAM a pour objectif de contribuer, à l’aide de projets novateurs, à la protection des espèces sauvages menacées d’extinction, et de permettre la survie de ces espèces en milieu naturel.  

Notamment, le CRESAM désire adapter aux espèces sauvages menacées les techniques de reproduction assistée (insémination) utilisées avec succès pour les carnivores domestiques, afin d’apporter des solutions concrètes aux programmes de conservation, notamment lorsque la densité d’animaux d’une même espèce devient très faible, ce qui diminue sa variabilité génétique et ses chances de survie et de reproduction. 

Le guépard est la première espèce pour laquelle le CRESAM a décidé d'appliquer ces techniques. 

Un autre objectif du CRESAM est de créer ou de reprendre la gestion d'un sanctuaire en Afrique Australe pour contribuer à la préservation d'autres espèces menacées, et de développer un pôle de recherche en milieu naturel ouvert à des chercheurs de différents pays, tout en intégrant la population locale à ces démarches. 

Le CRESAM conduit préférentiellement ses missions dans l’idée novatrice et audacieuse qui consiste à travailler directement sur le terrain, sur des animaux sauvages, leur évitant ainsi la captivité. Il est effectivement très difficile de réintroduire en milieu naturel des animaux provenant de la captivité.

 

3. Le guepard

  

A - Eléments de biologie

Pesant de 30 à 50 kilos, le guépard est le champion de la vitesse sur terre avec des pointes à 110 km/heure sur 200 ou 300 mètres.
Les mâles peuvent former des coalitions de 2 ou 3 individus, souvent des frères, alors que les femelles sont solitaires. 
Les guépards se nourrissent de petites antilopes (gazelle de Thompson, impala, springbok, …), mais dans certaines régions, environ 50% de leurs proies sont dévorées par les lions, hyènes et d’autres prédateurs plus puissants qui chassent le guépard avant que celui-ci n'ai pu ingérer son repas. 
Après une gestation de 3 mois, la femelle met bas de 2 à 6 petits qui demeurent un an et demi avec leur mère, et dont seulement 5 à 10% seulement vivent jusqu’à l’âge de la reproduction. 
La reproduction et la survie des jeunes, tant en captivité que dans la nature, présentent de nombreuses particularités qui font du guépard une espèce fragile dont les effectifs ne se reconstituent pas facilement. 


- Les observations comportementales 

Les signes principaux de chaleurs chez les femelles observées en captivité incluent des frottements contre les clôtures ou les barrières les séparant des mâles, des roulades et un port de la queue relevé sur le côté. De nombreux autres comportements ont également été décrits.
Les plus courants sont le reniflement de tous les objets présents, des sons mélangeant miaulements et gazouillements et le marquage urinaire. Dans la nature, il est hélas quasiment impossible par de simples observations comportementales de repérer qu’une femelle guépard est en chaleurs. 


- Les frottis vaginaux Comme chez la chienne et la chatte, la récupération et la coloration de cellules vaginales à différents stades du cycle oestral permet d’apprécier l’imprégnation oestrogénique et donc de confirmer la présence de chaleurs. L’inconvénient majeur chez ces espèces sauvages est qu’il est nécessaire de procéder à une anesthésie avant de prélever ces cellules. 


- Les dosages hormonaux 

À partir des dosages d’œstrogènes et de progestérone, on peut établir les profils hormonaux correspondant à chaque période du cycle, et donc estimer l’apparition des chaleurs suivantes ou savoir si une femelle est cyclée ou si elle a ovulé.
Pour cela, deux méthodes principales ont été étudiées: d’une part le dosage des hormones dans le sang et d’autre part le dosage des hormones dans les fèces ou dans l’urine. L’urine et les fèces étant des voies d’excrétion naturelle des oestrogènes et de la progestérone, cette méthode permet de déterminer le statut reproducteur sans immobiliser les animaux. Néanmoins, elle nécessite de pouvoir récupérer ces excréments (animal enfermé par une clôture) et une technicité importante (laboratoires de dosages hormonaux spécialisés…). 


- La laparoscopie
Les méthodes plus directes par visualisation des modifications ovariennes lors des chaleurs et de l’ovulation peuvent être également appliquées. La laparoscopie, technique chirurgicale peu invasive, suivant ou non un traitement hormonal visant à provoquer l’ovulation, est utilisée en captivité pour visualiser les modifications structurales des ovaires. Cette technique est utilisée indifféremment chez la lionne et chez la guéparde, on dispose cependant de plus de données et d’images pour la guéparde. Dans la nature, cette méthode chirurgicale est inapplicable. 


- L’échographie des ovaires
C’est un moyen de suivi des chaleurs et de l’ovulation utilisé chez les petits carnivores domestiques (chien, chat). Cette technique est aujourd’hui utilisée essentiellement pour quelques espèces particulières d’animaux sauvages comme l’éléphant et le rhinocéros pour l’évaluation du cycle sexuel, la collection de semence, et dans certains cas d’insémination artificielle, de transfert d’embryon ou encore de contraception. On ne dispose pas encore de données précises sur son utilisation chez les félins. Aussi, le CRESAM se consacre à mieux préciser l’intérêt de cette technique.


B - Sa raréfaction en Afrique

La population disséminée est estimée entre 9 000 et 12 000. Une espèce de mammifère qui se compte seulement en milliers sur un territoire aussi grand est fortement menacée (liste rouge de l’UICN). Le risque d'extinction est donc élevé, d'autant plus que cette population est fragmentée sans, le plus souvent, de possibilité de reconstitution. 
Seize pays ont vu disparaître le guépard durant les 60 dernières années. Les chiffres suivants concernant les populations de guépards proviennent de plusieurs sources (www.cheetah.co.za/news_global.htm, Laurie Marker, Paula Gros), et comportent une marge d'incertitude certaine :


- Afrique du Sud
: Historiquement le guépard occupait l'ensemble de l'Afrique du Sud, mais avec le développement économique du pays, les prédateurs ont été repoussés vers des zones marginales et souvent éliminés hors des espaces protégés. Probablement 500-600 individus subsistent dans ce pays, mais les populations sont en nette régression : 250/300 étaient mentionnés sur la plaquette du parc national Kruger en 1995, 70 maintenant selon les mêmes sources, 150 dans le Kalahari  


- Gemsbok : 50 dans la réserve du Pilanesberg et le reste dans les zones adjacentes à ces parcs 
- Namibie : 2500-4000 (95% sont localisés sur le territoire de fermes d'élevage de bétail)
- Zimbabwe : 850 dont 80% sur des fermes de bétail extensives
- Kenya : environ 1000
- Botswana : 1000 à 2000
- Tanzanie : environ 1000
- Malawi : quasiment disparu


C - Les causes de régressions de l’espèce

Elles découlent de facteurs environnementaux mais aussi principalement de facteurs biologiques : 

Facteurs environnementaux liés aux activités humaines 

- Réduction de l'habitat du guépard et fragmentation des populations.
- Piégeage et destruction volontaire par les fermiers.
Si ces facteurs sont importants, ils semblent être insuffisants pour expliquer la régression des guépards dans des territoires protégés comme le parc du Kruger où leurs populations ont diminué de 2/3 en 10 ans.


Facteurs biologiques 

- Spécialisation alimentaire importante.
- Compétition alimentaire, les guépards se faisant voler leurs proies par les lions et les hyènes dans des espaces où la densité des autres prédateurs peut augmenter au détriment de celle des guépards.
- Vulnérabilité des guépardeaux souvent tués par les lions et les hyènes.
- Reproduction difficile ou mal comprise (mauvaise qualité du sperme avec 70% de spermatozoïdes anormaux, chaleurs peu marquées, facteurs complexes de choix du ou des mâles par la femelle etc).


4. LE RÔLE DU CRESAM

Les projets de conservation existants se sont attachés à protéger l'habitat et à limiter l'incidence de la destruction des guépards par les fermiers, ceci par la sensibilisation des habitants et la capture des animaux à problèmes.
Le CRESAM désire travailler plus particulièrement sur les facteurs biologiques.


A - La reproduction assistée au secours du Guépard

En Afrique du Sud, le morcellement du territoire (réserves cloisonnées) handicape la rencontre naturelle des individus. Le déplacement des guépards est difficile (autorisations très longues à obtenir). Un petit nombre de portées de guépards nés naturellement ont vu le jour en captivité. Sur les 241 structures zoologiques hébergeant des guépards dans le monde, seulement 15 ont eu des portées de guépards en 2002 (Marker & al 2004). Le plan d'action de l'UICN pour les félidés (Status survey and Conservation Action Plan IUCN/SSC Cat Specialist Group) qui fait autorité préconise de travailler sur le sujet de la reproduction assistée des félidés comme une voie de recherche prometteuse. 

Grace à son équipe de scientifiques pluridisciplinaires (vétérinaires, généticiens, biologistes, naturaliste…) le CRESAM favorise la reproduction, en effectuant d’abord un audit afin de comprendre la situation. Faut-il agir par injection d’hormone, pour relancer un cycle ovarien, ou faut il effectuer une insémination artificiel ?

Les méthodes du CRESAM permettent d'inséminer des femelles sauvages, qui poursuivront ensuite leur vie normale, dans leur environnement naturel et élèveront leurs petits en leur apprenant les bases des comportements sauvages et naturels de l’espèce. Ces petits, une fois adultes et parfaitement autonomes pourront ensuite être déplacés dans des territoires dépourvus de ces félidés. 
La maîtrise de l'insémination artificielle permet, en choisissant les reproducteurs, de favoriser la variabilité génétique, et ceci entre des animaux parfois très éloignés spatialement. La semence de guépards détenus en parcs zoologiques en Europe pourrait ainsi être utilisée pour inséminer des femelles sauvages. 
Dans le cadre de populations de guépards très réduites, comme le guépard d'Iran ou le guépard du Sahara, après avoir favorisé l'amélioration des facteurs environnementaux, l'insémination artificielle pourrait être le dernier palliatif avant l'extinction de ces sous-espèces.


B - L’alimentation d’une banque génétique

L’objectif est d’établir les empreintes génétiques (carte d’identité) des guépards étudiés afin d’en optimiser la reproduction : 
- En accouplant les couples avec la plus forte hétérogénéité génétique possible (le mâle et la femelle étant distants génétiquement).
- Permettant par un brassage génétique des populations (et sous populations) de minimiser les effets délétères de la consanguinité.

 


5. L'AIDE À LA REPRODUCTION DU GUÉPARD : UNE PRIORITÉ DU CRESAM

 

La reproduction constitue un des axes directeurs et une des raisons d’être du CRESAM. C’est pourquoi la commission scientifique a développé dans cette discipline une approche la plus méthodique possible :  

- Coordination d’une étude bibliographique complète afin de préciser les études antérieures effectuées chez le guépard. 
- Réalisation de missions successives sur le terrain suivant un protocole précis.
- Contact avec d’autres équipes spécialisées dans la reproduction de la faune sauvage. 


A - Première nécessité pour favoriser la reproduction : les femelles guépard doivent être cyclées et en chaleur 

L’échographie des ovaires : c’est un moyen de suivi des chaleurs et de l’ovulation utilisé chez les petit carnivores domestiques (chien, chat).
Cette technique est aujourd’hui utilisée essentiellement pour quelques espèces particulières d’animaux sauvages comme l’éléphant et le rhinocéros pour l’évaluation du cycle sexuel, la collection de semence, et dans certains cas d’insémination artificielle, de transfert d’embryon ou encore de contraception. On ne dispose pas encore de données précises sur son utilisation chez le guépard. Aussi, le CRESAM a-t-il cherché
à mieux préciser l’intérêt de cette technique.

 

Une solution : l’induction hormonale des chaleurs et de l’ovulation. De nombreux protocoles ont été tentés chez la femelle guépard associant des analogues des hormones naturelles hypophysaires (gonadotrophines), destinés à provoquer dans un premier temps la maturation des follicules ovariens puis l’ovulation. En 2009, de nouvelles perspectives sont offertes grâce à l’utilisation de nouvelles formulations. 


B - Deuxième nécessité : disposer d’une semence de bonne qualité

Récolte et examen de la semence chez le guépard mâle. 
Les techniques de récolte : L’électro-éjaculation est de loin la technique la plus utilisée et la plus adaptée aux espèces sauvages.
Cette technique consiste en la stimulation (sonde rectale munies d’électrodes de stimulation) des nerfs qui desservent les organes reproducteurs par la délivrance d’un courant électrique de très faible intensité. 
L’animal est anesthésié donc aisément manipulable. Grâce aux nombreux essais effectués chez le chat domestique, chez qui cette méthode est couramment utilisée, on sait qu’aucune séquelle n’existe au réveil et aucun accident n’a été décrit dans la littérature. La technique est donc indolore et respecte le bien-être des animaux. L’anesthésie reste néanmoins un facteur limitant car elle doit être pratiquée pour chaque
prélèvement. 
Le CRESAM a su optimiser la conservation du sperme de guépard. La qualité des spermatozoïdes de Guépards est très mauvaise, donc difficile à congeler. Nous avons travailler plusieurs années et fait de nombreux essais afin de mettre au point un milieu de conservation (diluants pour sperme) pour félidés, plus adapter à leurs besoins spécifiques.
Nous avons ainsi créé une banque de semence, déposer à Prétoria , en Afrique du Sud. Toutes les paillettes sont identifiés génétiquement et nous permettent d’inséminer, en milieu naturel, des femelles génétiquement éloignées, ce qui augmente la variabilité génétique.

 

C - La solution lorsque la rencontre entre les mâles et les femelles est impossible : l’Insémination artificielle

La voie d’insémination de la semence la plus accessible et la moins invasive semble être à première vue la voie intra-vaginale.
C’est pourquoi des essais ont été, dans un premier temps, réalisés par cette voie. Or de nombreuses tentatives réalisées chez le guépard se sont révélées être toutes des échecs (absence de gestation). 

Pour éviter cet écueil, des techniques d’insémination artificielle par voie intra-utérine ont été développées. Celles-ci consistent le plus souvent en un dépôt de sperme dans la corne utérine par voie chirurgicale (laparotomie ou laparoscopie). Le dépôt doit avoir lieu le plus près possible du site de fertilisation, c’est-à-dire le sommet des cornes utérines. Les résultats de ces techniques sont plus satisfaisants que ceux obtenus par
voie intra-vaginale. Mais ces techniques chirurgicales sont difficilement réalisables en brousse, peu répétitives et beaucoup trop invasives.

En 2007, le CRESAM a mis au point la technique d’insémination intra-utérine par les voies naturelles (vaginale) : la vidéo-vaginoscopie.
Cette technique, à l’instar de ce qui est réalisé en routine chez la chienne, permet dans un temps bref d’amener la semence au plus près des ovules sans traumatisme. La technique s’est montrée réalisable chez le guépard mais aussi dans de nombreuses autres espèces de félidés sauvages menacés. 
Cette technique a été  présentée au "Congrès mondial de la faune sauvage" à Oxford en 2008 et au "Congrès mondial de reproduction' à Vienne en 2009.

 

 

Le CRESAM a une reconnaissance scientifique internationale et est souvent demander comme expert, par le gouvernement français ( Ministère des Affaires étrangères, Ministère de l’Ecologie ) ou étranger, dans différents pays :

• Chine pour le Tigre de Chine (Panthera tigris amoyensis en 2015
• Algérie pour le Guépard Sud Saharien (Acinonyx jubatus heicki) en 2016

• Iran pour le Guépard Asiatique (Acinonyx jubatus venaticus) en 2017
• Afrique du Sud, caution scientifique pour le Lion Blanc (Panthera leo krugeri)
• à Timbawati , en 2014, 2015

 

 

 

Association reconnue d’intérêt général
(articles 200-1b et 238 bis du Code général des Impôts)


CRESAM FRANCE CRESAM SOUTH AFRICA
(Association loi 1901)(no profit company)
165 rue Pierre Brossolette – 93160 NOISY-LE-GRAND MOPAYA LODGE - PO Box 111
Tél. :+33 (0) 1 43 04 68 85 1380 Hoedspruit Tel. :+27 (0) 823 200 925

VETOPEDIA
Fiche conseil


Mon animal est opéré

Une intervention chirurgicale est toujours une étape angoissante pour le propriétaire. Il faut comprendre les enjeux d’une opération. N’hésitez donc pas à bien poser toutes vos questions à votre vétérinaire. 
Lire la suite